La tenderie aux grives

Depuis toujours, certains prétendent qu’on chassait ainsi dès la préhistoire. Les ardennais chassent la grive en la piégeant, une pratique décriée, mais le législateur par le biais de la tradition a été conduit à accorder localement ce droit de chasse qui au final ne regroupe que 200 à 300 chasseurs répartis sur une vingtaine de communes.

La tenderie à la branche (ou au brancher) consiste à placer un collet, ou lac (lasse), fait de deux crins de cheval torsadés, soutenus par une branche pliée, ou « pliette », sur laquelle est suspendue une grappe de sorbe. Passant le cou dans le lac pour atteindre les baies, l’oiseau s’y pend lorsqu’il veut reprendre son envol.

La tradition veut que ne soient utilisés pour les lacets que des crins de la queue des étalons; ceux de la jument seraient souillés et rendus cassants par l’urine lors de la miction.

 La tenderie se déroule de la mi-septembre au début-novembre, dans des bois de plus de 20 hectares et à 100 mètres des lisières. Chaque chasseurs est octroyé un nombre de lac (je ne le connais pas) et les prélèvements sont estimés à 20 000 oiseaux.

Mon avis sur cette chasse

« La tenderie se dit sélective grâce à la hauteur à laquelle sont placés les lacets et à la résistance (limitée) des crins.

Tout gibier autre que la grive ou merle, capturé « accidentellement » doit être déclaré dans les 24 heures à un garde le l’ONC si le bois ou la forêt est soumise au régime du domaine forestier ou au président de la Fédération des Chasseurs du département. » (Guide Vert Solar de la chasse)

Ne connaissant pas cette chasse et ne voulant donner aucun commentaire sur l’aspect traditionnel, je me pose quand même une question:

– la tenderie est sélective sur 2 points: la hauteur des lacets et la résistance de celui-ci. Si elle est vraiment sélective, pourquoi déclarer des oiseaux MORTS hors grives et merles? Sélective sur des « gros » oiseaux, mais pas pour les rouges-gorges, pinsons, mésanges…Ensuite que devient l’oiseau échappé qui se retrouve avec un collet autour du coup??

– Le terme « accidentel » : Pour moi, il n’y a rien d’accidentel puisque le chasseur ne peut contrôler ses prises. Que le chasseur au fusil tue un oiseau « accidentellement » par manque de connaissances est un chose, ne pas pouvoir sélectionner ses prises en est une autre…

Le simple fait de déclarer des oiseaux autres que les turdidés prouve bien que cette chasse est non sélective.

De toutes les chasses traditionnelles françaises, la tenderie au lacet est la seule mortelle et non sélective. La chasse au filet ne tue pas, les matoles (cages) ne tuent pas, la chasse aux gluaux ne tue pas  et surtout permettent de relâcher les espèces non-chassées.

We will be happy to hear your thoughts

      Leave a reply