Historique du field trial

Les compétitions de field trial sont des épreuves visant à comparer les aptitudes de travail des chiens de chasse. Le premier field trial organisé au monde se déroula en 1865 à Coutil (Bedfordshire), ce type d’épreuve fut ensuite retrouvé en Allemagne en 1876, aux Pays-Bas en 1878, en Belgique en 1882 puis en France en 1888.

Le premier concours en Angleterre mit en compétition exclusivement des Setters et des Pointers.

Ces épreuves de campagne obtinrent rapidement beaucoup de succès, et, dès 1867, des grands propriétaires mirent à disposition leurs domaines pour l’organisation de nouveaux concours. Les chiens couraient en couple, le perdant de ce duel étant éliminé du concours.

Ces épreuves de campagne n’eurent qu’un succès passager et leur nombre chuta. Ils ne restèrent alors que celles organisées par le National Kennel Club. Le développement de ce sport fut repris dans les autres pays amateurs de chiens d’arrêt.

En 1889, à Boran, deux épreuves furent distinguées : les épreuves à longue quête (200 m, pour chiens de tout pays) et les épreuves à « quête restreinte » (40 m, avec des épreuves de rapport obligatoires). L’année suivante, fut rajoutée la « quête moyenne » (100 m, exclusivement réservée aux chiens dressés en France). Avec la division des concours en plusieurs épreuves, les règlements se nationalisèrent de plus en plus.

En 1897, pour la première fois, les chiens purent courir en solo, et les aptitudes et les qualités de dressage du chien furent prises en considération dans le classement par l’intermédiaire de juges.

Au cours des années suivantes, les règlements s’affinèrent et les épreuves se multiplièrent. On fit courir les chiens en couple ou en solo, au printemps ou en été, et apparut l’ordre de passage par âge, les plus jeunes ouvrant l’épreuve.

En 1963, on distingue : une épreuve de grande quête pour chiens anglais sans mort du gibier, des épreuves à la française pour chiens d’arrêt anglais et continentaux sans mort du gibier et, enfin, une épreuve de chasse pratique pour tous les chiens d’arrêt avec mort du gibier.

En 1979, enfin, cinq disciplines se côtoient :

–         la grande quête (en couple sur perdrix)

–         les épreuves à la française sans mort du gibier (solo anglais, couple anglais, solo continental)

–         les épreuves pratiques amateurs.

On retrouve dans les races de chiens d’arrêt continentaux essentiellement les Braques, les Épagneuls et les Griffons. Parmi les chiens d’arrêt anglais sont utilisés le Pointer, le Setter anglais, le Setter irlandais et le Setter Gordon. Dans les concours, les chiens les plus représentés restent le Setter anglais, le Pointer, le Braque allemand et l’Épagneul breton.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire