La chasse aux gluaux

Dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône du Var et du Vaucluse, les grives sont chassées ou plutôt prises aux gluaux.

Ces grives servent d’appelants pour les chasseurs qui tirent les oiseaux sauvages à partir de cabanes. Les gluaux sont des baguettes enduites de glu dont la fabrication artisanale est le secret du chasseur et est faite à base de baies de gui. Ces baguettes, traversières ou piquées en hérisson sont placées sur des reposoirs fréquentés par les grives lors de leur passage. Les arbres supports sont séparés en chicane afin que les oiseaux les empruntent sans trouver d’autres perchoirs que les baguettes.

Les grives sont attirées à l’aide d’appelants en cage et au sifflet (chilet). De plus en plus fréquemment, les chasseurs de grives au poste fixe utilisent ces appeaux d’abord pour la capture d’appelants, ensuite pour le tir des oiseaux au fusil ou à la carabine à plombs (braconnage). Toutefois, cette tradition s’émousse, les anciens ne sont pas relayés par de jeunes chasseurs pour qui il s’agit plutôt d’une chasse symbolique. En fait, c’est encore la tradition culinaire, avec ses brochettes de grives, le soir à la veillée qui maintient cette chasse ancestrale en Provence.

Cette chasse n’est pas mortelle puisque les oiseaux se retrouvent coller sur des baguettes, ils sont décollés à l’aide de cendre ou de dissolvant. Les grives tout comme les autres passereaux non chassable capturés accidentellement sont nettoyés et gardés pour les premières et relâchés pour les seconds. Bien souvent les appelants sont relâchés à la fin de la saison de chasse.

We will be happy to hear your thoughts

      Leave a reply