Comment observer le faucon crécerelle ?

Le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est un des rapaces les plus communs au Luxembourg. Ce chasseur très agile se reconnaît facilement à sa silhouette gracieuse lorsqu’il chasse dans nos campagnes en réalisant un vol stationnaire parfait (faire le saint esprit). Vous pouvez également apercevoir cet oiseau perché sur des arbres, des pylônes ou sur des fils électriques, souvent le long des routes. D’autres représentants de la famille des faucons sont entre autres le Faucon émerillon, le Faucon hobereau ou encore le Faucon pèlerin, nettement plus rares.

Le Faucon crécerelle mâle possède un manteau roux tacheté ainsi qu’une tête grise aux moustaches sombres. Sa queue et son bec sont également gris, tandis que ces pattes et le contour de ses yeux sont jaunes vif.
La femelle est plus grande que le mâle, mais moins colorée que celui-ci, sa couleur varie du châtain clair au brun foncé. Lorsqu’elle réalise un vol stationnaire, elle déplie sa queue en éventail où une nette striation horizontale apparaît. Le faucon crécerelle s’identifie également à son cri, qui est composé de « ki-ki-ki… » successifs.

Le faucon crécerelle niche dans des vieux édifices, dans des parois rocheuses ou parfois dans des arbres. Il ne construit pas de nid, parfois il utilise même un vieux nid de corvidé (corbeau ou pie). À la fin de l’hiver, en mars, commence la période de reproduction avec des parades spectaculaires, ensuite les oiseaux se font plus discrets pendant la période de ponte et d’incubation. La femelle pond entre 2 et 6 oeufs brun-roux tous les 2 à 3 jours pendant le mois d’avril. L’incubation dure environ 28 jours, elle est assurée majoritairement par la femelle qui est nourrie par le mâle. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet blanc, ensuite après 20 jours, le plumage est pratiquement complet, avec encore quelques traces de duvet. Le plumage d’un oiseau juvénile est semblable à celui de la femelle.

Cet oiseau carnivore, se nourrit essentiellement de petits rongeurs (campagnols et musaraignes), mais peut également s’attaquer à des amphibiens, des insectes, voir même à d’autres oiseaux. Il chasse dans les milieux ouverts, comme les prairies, généralement à proximité des habitations où il niche.

C’est également un migrateur partiel, certains individus quittent le pays pour rejoindre des régions où l’hiver est moins rigoureux, d’autres encore décident de rester sur place, sous peine de subir de lourdes pertes.

Comme beaucoup d’oiseaux, ce petit falconidé est directement menacé par l’homme. Ce phénomène européen a été provoqué par la disparition des prairies, remplacées par une agriculture intensive. Ce faucon est également victime de la disparition des granges, vieux bâtiments et de la fermeture des clochers par des grillages, car il affectionne particulièrement ces endroits pour y nicher.

Pour l’observer, vous pourrez utiliser une caméra de chasse bien placée au plus proche de son nid.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire